A celles et ceux qui pensent que je ne fais rien

A celles et ceux qui pensent que je ne fais rien…

De retour sur le blog après une petite pause. Et comme bien souvent dans ces cas-là, je reviens avec un « billet d’humeur » en lien avec le pourquoi de cette absence.

Voici toute l’histoire…

Ces derniers temps, je me sentais oppressée comme si ma vie, mon quotidien et plus encore mes aspirations étaient devenus trop petits, trop restreints pour que je m’y épanouisse. Il faut dire que ma situation actuelle n’a rien d’enviable. Du moins, sur le papier. Et surtout, aux yeux de la société.

De l'importance de bien s'aimer

De l’importance de bien s’aimer

Ce billet n’était pas à l’ordre du jour dans mon planning éditorial. Et pourtant, j’écris ces mots parce qu’ils s’imposent à moi. De l’importance de bien s’aimer. Ou la nécessité de se libérer d’une norme du corps établie et qui nous nuit. Ou l’envie de vous dire combien – et comment – j’ai pu souffrir de mon reflet dans la glace et à quel point apprendre à bien s’aimer est l’apprentissage d’une vie – ou du moins, en partie.

Notre mariage traditionnel Cambodgien

Notre mariage traditionnel Cambodgien

Selon la tradition cambodgienne, la cérémonie du mariage dure trois jours et trois nuits. Le chiffre « trois » faisant référence aux trois joyaux du bouddhisme : le Bouddha, Shanga (la confrérie des moines) et le Dhamma (l’enseignement du Bouddha). Cependant, les contraintes de la vie moderne font que celles et ceux qui souhaitent aujourd’hui faire perdurer la tradition du mariage cambodgien optent pour une version plus condensée des différents rituels qui la composent. C’est ainsi que nous avons célébré notre union selon les rites aujourd’hui encore pratiqués au pays, le temps d’une journée à jamais ancrée dans nos cœurs et dans l’histoire de notre couple.

Parlons mariage!

Parlons mariage! Se lancer dans les préparatifs…

Petite nouveauté sur le blog : en 2019, je vous parle de mariage ! Celles et ceux ici qui me connaissent ne sont pas sans savoir que je suis une heureuse « jeune » mariée. C’est donc très naturellement que je souhaite désormais élargir les sujets et thèmes abordés sur ce blog à celui du mariage. Plus que jamais dans l’air du temps, le mariage s’inscrit dans la tendance.

Après la page blanche...

Après la page blanche…

La page blanche. Ou plutôt le fichier Word que l’on finit toujours par quitter, sans même prendre la peine de sauvegarder les quelques lignes laborieusement « pondues » – et si mauvaises à mon goût.

Ce billet relate les tribulations d’une jeune femme des temps modernes. Ses doutes, ses aspirations et sa quête de sens dans les actions qu’elle mène au quotidien. Alors bien sûr, je vous y parle de moi et de ce qui s’est passé dans ma vie ces derniers mois. Les raisons qui m’ont fait mettre ce blog en « stand by » une année durant. Et plus encore pourquoi je décide, aujourd’hui, de lui insuffler un nouveau souffle. Telle une nouvelle inspiration qu’enfin je m’octroie.

No Stress

No Stress !

Le stress est, dit-on, le mal du siècle. Cause de bien des maux – et des mots – il est la réponse à tout ce qui ne va pas, nous sape le moral et nous énerve. Bref, le stress a bon dos et ne ménage pas le nôtre. En effet, inutile de chercher à l’éviter, mieux vaut s’en faire un allier du quotidien. Voici pourquoi.

Se porter bonheur

Se porter bonheur, un art de vivre au quotidien

Ou comment j’ai décidé d’être heureuse…

Le bonheur. Pour ne pas reprendre les paroles d’une chanson désormais bien connue, le bonheur est ce en quoi aspire tout à chacun. Ou du moins, une grande majorité d’entre nous. Et toujours pour ne pas reprendre le refrain de cette même chanson, la quête du bonheur s’apparente bien souvent à la poursuite de rêves de gosses et autres lubies – matérialistes – qui, une fois acquises, nous apparaissent bien fades. Et si le bonheur n’était pas « une chose » à atteindre, encore moins un but en soi, mais simplement la capacité de se porter bonheur à soi-même ?

Chouette, c’est la rentrée

Chouette, c’est la rentrée !

Ou pourquoi et comment, cette année, j’ai décidé de positiver la fin des vacances.

Chouette, c’est la rentrée sur le blog ! Mais pas que. En fait, c’est la rentrée un peu partout, pour tout le monde et dans tous les domaines. Ah, la rentrée ! Ce doux mélange de joie, de peine et d’inquiétude. Joie de repartir du bon pied. Tristesse de voir l’été laisser place à l’automne. Puis vient l’angoisse des bonnes résolutions qu’il nous faudra tenir (au moins une semaine), et plus encore celle de reprendre le quotidien : métro, boulot, dodo. Vous connaissez ?

On ne va pas se mentir

On ne va pas se mentir !

Ou comment (et pourquoi) suivre son intuition.

On ne va pas se mentir. Voici une expression que j’utilise et place à la moindre occasion ces derniers temps. C’est d’ailleurs mon Chéri qui me l’a fait remarquer. Parce que bien sûr, comme à chaque fois qu’une expression devient un véritable leitmotiv de notre vocabulaire, nous en sommes les premiers concernés… et les derniers informés.